Animations culturelles St Donat sur l'Herbasse

 


Cinéma scolaire

 

 
Ecole et cinéma
Novembre 2016

PONYOponyo

Générique

À partir de 5 ans, de la GS au CM2.

Hayao Miyazaki, Japon, 2008, 1h40, animation, couleur, version française.


Résumé

Sôsuke, 5 ans, vit avec sa mère dans une maison perchée en haut d'une falaise. Son père travaille sur un bateau, il n'a pas souvent le loisir de le voir. Un jour, alors qu'il joue au bord de la mer, Sôsuke rencontre Ponyo, un petit poisson-fille enfermé dans une bouteille en verre. Le coup de foudre entre les deux enfants est instantané, ils ne veulent plus se quitter. Mais le père de Ponyo, Fujimoto, créature de la mer autrefois humaine, ne voit pas d'un bon œil que sa fille veuille vivre avec les hommes. La petite fille va alors tenter par tous les moyens de vivre comme les humains, sur terre, mais son entêtement va déclencher un bouleversement de l'ordre naturel des choses, qui prend la forme d'un tsunami géant. Finalement, pour vivre définitivement avec Sôsuke, Ponyo devra renoncer à ses pouvoirs magiques, ce qui donne lieu à une spectaculaire scène finale de réconciliation entre le monde de la mer et le monde des hommes.

Note d'intention

Ponyo sur la falaise est un beau film d'animation pour lequel Hayao Miyazaki a fait le choix d'un travail traditionnel, en refusant d'utiliser des images numériques pour privilégier les couleurs pastels et les aquarelles. À plusieurs titres ce long-métrage d'animation peut être considéré comme une lecture du célèbre conte d'Andersen, La Petite Sirène. Une nouvelle fois, le génial cinéaste japonais aborde ses thèmes de prédilection : l'influence néfaste des hommes sur leur environnement naturel, les catastrophes entraînées par le non-respect des règles dictées par la Nature. Pourtant, la résolution du chaos provoqué par Ponyo et Sôsuke entraîne une fin heureuse et donne au film une tonalité plus lumineuse que dans d'autres films de Myazaki, comme par exemple Princesse Mononoké. Enfin, l'omniprésence de la menace du Tsunami offre aux spectateurs occidentaux un aperçu de l'angoisse permanente dans laquelle vivent les japonais et donne aux récents événements de la catastrophe nucléaire de Fukushima une résonance toute particulière.

Novembre 2016

 L’HISTOIRE SANS FINhistoire


Générique

À partir de cinq ans, de la GS au CM2.

Version française, 90 minutes.
Titres originaux : The Neverending Story, Die Unendliche Geschichte.
Réalisation : Wolfgang Petersen.

Résumé

Enfant rêveur, Bastien, dix ans, vit seul avec son père. Pour échapper à trois petits voyous, il se réfugie chez un étrange libraire à qui il ne peut s'empêcher d'« emprunter » un non moins étrange livre, orné d'un symbole. Arrivé en retard, Bastien file dans le grenier de son école et se plonge dans le livre. Dans le royaume de Fantasia, un mal mystérieux « le Néant » mange le pays. Le Mangeur de pierres, le Tout petit et l'Elfe des nuits sont en route pour la Tour d'Ivoire... où Cairon leur apprend que pour l'Impératrice malade « seul le jeune guerrier Atreyu pourra sauver le pays de la destruction ». Protégé par l'Auryn, emblème de l'impératrice, Atreyu part sur son cheval Artax vers l'ennemi inconnu. Bastien lit avec passion... Une bête féroce suit la trace d'Atreyu qui avance, Artax s'enlise et meurt dans les marécages et nombre de bizarres personnages croisent la route d'Atreyu… Le doux Falkor, dragon volant vient à son secours mais avant de retrouver la Petite Impératrice et que Bastien ne se glisse dans leur histoire, le jeune guerrier va devoir accepter le combat…

Note d'intention

L'Histoire sans fin, adaptation (partielle) du roman de Michael Ende, est considéré comme l'un des « classiques » de ces dernières années en ce qui concerne le cinéma fantastique à destination des enfants. L'entrée dans le monde de Fantasia par le biais d'un livre volé, pages ouvertes à tous les imaginaires, fonctionne très bien. Parcours initiatique d'Atreyu, parallèle à celui de Bastien, construction du mythe œdipien, références de Petersen à la peinture, rencontre avec des personnages de contes, grand renfort d'effets spéciaux… Une évidente parenté avec les Mowgli, Nils, Alice… et autres jeunes héros de littérature qui ont fait eux aussi un voyage fantastique.


 
Janvier 2017
 

LA PETITE VENDEUSE DE SOLEILvenseuse

Générique

À partir de huit ans du CE2 au CM2.

Djibril Mambety Diop,
1998, Sénégal-France-Suisse, 45 minutes, couleur, film tourné en wolof et sous-titré en français.
Scénario et réalisation : Djibril Mambety Diop.

Résumé

Depuis fort longtemps, la vente de journaux à la criée dans les rues de Dakar est l'apanage des garçons. Sili, une fillette de douze-treize ans, une jambe ballante appareillée, quitte chaque jour sa cité Tomates pour la ville, y mendier et nourrir ainsi sa famille. Un matin, elle se fait bousculer par un jeune vendeur. Elle décide alors de cesser de mendier pour vendre, elle aussi, des journaux, car « ce qu'un garçon peut faire, une fille peut le faire aussi ». Au dépôt de presse, Sili obtient treize exemplaires du quotidien Le Soleil. Mais les garçons n'acceptent pas cette intrusion sur leur territoire, et menacent d'emblée la fillette. Un jeune vendeur solitaire, Babou, prend sa défense. Dès ce premier jour de vente, quelqu'un lui achète tous ses journaux, et lui donne un gros billet. Ni le boulanger, auquel elle demande la monnaie, ni l'agent qui passait ne veulent croire qu'elle a gagné cet argent honnêtement. L'agent soupçonneux l'emmène à la police. Sûre d'elle-même, Sili se justifie devant le commissaire, exige des excuses de l'agent, fait libérer une femme, elle aussi accusée de vol sans preuve, et repart son gros billet en main. Avec, elle achète un parasol pour sa grand-mère aveugle, qui psalmodie dans le soleil du marché. Elle distribue la monnaie restante aux vieilles femmes et aux enfants. Les jours suivants, Sili et Babou vendent ensemble leurs journaux en déambulant dans les rues des petites gens de Dakar. Ils se taquinent, échangent, s'accompagnent. Sili conte et chante ; Babou, qui ne sait lire que le Coran, applaudit. Mais la bande des vendeurs, jaloux du succès de Sili, la malmène jusqu'à lui voler sa béquille. L'amitié des deux enfants triomphe : Sili monte sur les épaules de Babou. Ils s'éloignent dans une trouée de lumière.

Note d'intention

La Petite Vendeuse de Soleil est l’ultime film de Djibril Diop Mambety, le deuxième volet, après Le Franc, d’une trilogie inachevée : « Histoires de petites gens ». Bel « hommage au courage des enfants de la rue », ce conte nous entraîne dans les rues de Dakar, sur les pas d’une fillette qui découvre la dureté du monde. Avec Sili, on se confronte certes à la cruelle réalité, la pauvreté, les bidonvilles, les petits métiers de vendeurs de rue. Mais, loin de tout misérabilisme, on perçoit aussi le formidable élan vital de tous ceux qui peuplent ce film généreux. La trajectoire de Sili, tout entière placée sous le signe de l’astre solaire est exemplaire de l’enfance qui refuse d’être à genoux.

Janvier 2017
 

LA BELLE ET LA BETEbelle

Générique

À partir de six ans du CP au CM2. 96 minutes.

Jean Cocteau, France, 1946, noir et blanc.

Réalisation, scénario et dialogues : Jean Cocteau (adapté du conte de madame Leprince de Beaumont).

Interprétation : Jean Marais (Avenant, la Bête, le Prince), Josette Day (la Belle), Mila Parély (Adélaïde), Nane Germon (Félicie), Marcel André (le Marchand), Michel Auclair (Ludovic), Raoul Marco (l’usurier, voix de Cocteau).

Résumé Il était une fois une jeune fille qui portait le prénom mérité de la Belle, toute dévouée à son père et aux exigences de ses deux soeurs. Avenant, l’ami de leur frère, soupirait pour la belle qui se refusait au mariage...Un soir, égaré en forêt, le père trouve refuge dans un mystérieux château. Ayant cueilli une rose, il voit surgir un être fabuleux, mi-homme, mi-bête qui le condamne à mourir ou à lui livrer une de ses filles. Belle se sacrifie. D’abord terrifiée par l’aspect de la Bête, elle se laisse émouvoir par sa dévotion amoureuse. La Bête consent au départ de Belle auprès de son père malade et lui confie les secrets de ses pouvoirs. Mais Avenant, les ayant percés, tente de s’emparer du trésor de la Bête et trouve la mort, tandis que Belle, trop tard revenue, découvre la Bête agonisante. Mourant dans les bras de Belle, elle se transforme en prince et l’emporte dans son royaume.

 

Note d'intention

De tous les grands écrivains du siècle, Cocteau est avec Pasolini celui qui s’est le plus intéressé au cinéma. Avec La Belle et la bête, son deuxième film en tant que réalisateur, il a su mieux qu’aucun autre porter à l’écran la magie et la poésie du conte merveilleux, « donner à cette fable abstraite ce qui pouvait la faire exister, une chair, des situations, des lieux, des gestes, bref la rendre concrète ». Manifeste d’un cinéma merveilleux et réaliste à la fois, oeuvre profondément singulière, La Belle et la Bête marqua durablement des cinéastes comme Jacques Demy ou Jean-Luc Godard... Un film inoubliable.

Avril 2017

tableau  LE TABLEAU
( coup de cœur de la MJC)

Jean-François Laguionie, animation, 2011

Un château, des jardins fleuris, une forêt menaçante, voilà ce qu’un Peintre, pour des raisons mystérieuses, a laissé inachevé. Dans ce tableau vivent trois sortes de personnages : les Toupins qui sont entièrement peints, les Pafinis auxquels il manque quelques couleurs et les Reufs qui ne sont que des esquisses. S’estimant supérieurs, les Toupins prennent le pouvoir, chassent les Pafinis du château et asservissent les Reufs. Persuadés que seul le Peintre peut ramener l’harmonie en finissant le tableau, Ramo, Lola et Plume décident de partir à sa recherche. Au fil de l’aventure, les questions vont se succéder : qu’est devenu le Peintre ? Pourquoi les a t-il abandonnés ? Pourquoi a-t-il commencé à détruire certaines de ses toiles ! Connaîtront-ils un jour le secret du Peintre ?

 

Collège au cinéma
Programme à venir

 

 

Pour toute information complémentaire :

Marion Curtaud - Animatrice culturelle
MJC du Pays de l'Herbasse
Avenue du Général de Gaulle - 26260 Saint Donat sur l'Herbasse
04 75 45 12 36 - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. - www.mjc-herbasse.fr

 

 

 
MJC ST DONAT

M.J.C. Pays de l'Herbasse av Général de Gaulle 26260 Saint-Donat / tel: 04.75.45.12.36 / fax: 04.75.45.18.73

Plan du site

Réalisé par : www.ipprotechnologies.fr

Accueil MJC ST DONAT SUR L'HERBASSE